Document sans titre

Infos Yonne Tourisme - Bourgogne

La Cimentelle conseille ses hôtes lors de leur visite à Chablis ou Auxerre

La Cimentelle  : Un siècle de succès pour le ciment de Vassy …… une éternité pour les ouvrages ..
...  maintenant une demeure de charme  et un accueil en chambre d'hôte dans un lieu insolite.

 Le ciment de Vassy fait partie de ces solides inventions françaises qui firent le 19ième siècle industriel.
En 1830, Les frères Gariel découvrirent les remarquables propriétés hydrauliques que possédaient, après cuisson, les pierres bleus cendre de Vassy : un calcaire argileux et magnésien de formation jurassique (lias supérieur).
Ils surent transformer cette trouvaille en une réalité commerciale concluante, ce qui permit au ciment de connaître un siècle de franc succès, et contribua à la prospérité économique de l’ensemble de la région d'Auxerre et d'Avallon
Si d’autres usines se créèrent aux alentours, c’est bien celle de Vassy qui fût àl’origine de la renommée du ciment ; la configuration de l’usine ne cessa d’être modifié et ses bâtiments de s’étendre jusqu’en 1860. En 1855, l’usine de Vassy implanta la première machine à vapeur employée pour l’industrie dans le département de l’Yonne.
Le ciment « rapide » de Vassy apportait d’indéniables qualités de résistance et d’imperméabilité aux ouvrages ; autrement connu sous le vocable de ciment Romain, il permit aux maîtres d’oeuvre de renouer avec des techniques de construction, oubliées depuis le Moyen Age : Ces techniques avaient permit aux Romains de construire des ouvrages remarquables tels que le Colisée ou le pont du Gard.
Egaré au travers les ages, fautes de mortier résistant, l’art de la construction avait suivi, bien heureusement, les voies nouvelles des styles roman et gothique.
D’abord, tributaire du ciment Portland, utilisé depuis le milieu du 18ième en Grande-Bretagne, la France recouvra son indépendance dans la construction d’ouvrage d’art. L’exploitation de nouveaux gisements de calcaire argileux, tel que le « Vassy », fournirent un liant hydraulique adaptés aux besoins nouveaux de la maçonnerie. Comme l’avait compris Haussmann, préfet de l’Yonne en 1850, avant d’être celui de la Seine en 1853, le ciment de Vassy fait partie de l’histoire de l’Yonne.
Avant d’être acheminé par le chemin de fer construit en 1871, le ciment était « flotté » sur les voies fluviales de l’Yonne puis de la Seine, profitant du commerce déjà florissant du bois ainsi que celui du vin de Chablis et d'Auxerre.
Ainsi,le ciment de Vassy contribua à la restauration des chaussées et ponts parisiens lors des grandes transformations du milieu du 19ième siècle, dont les immeubles haussmanniens en sont encore les témoins. Le « Vassy » construisit le métro et les collecteurs d’égouts de Paris ou d’Oran, les réservoirs d’eau Montsouris, les adductions d’eau de la Vanne vers la capitale, et même le canal de Suez.
Il entreprit de grands travaux pour le canal du Midi, les ports de Marseille, de Dieppe, d’Alger ou de Constantinople.
Sur place, vous pouvez encore examiner les fours ovoïdes servant à la cuisson, les meules ainsi que les chemins de meules.
Les bâtiments de l’usine offrent des exemples aussi variés que satisfaisants de l’application du ciment Romain ; partout le ciment a pu remplacer la pierre de taille.
Tous ces travaux, exécutés depuis plus d’un siècle et demi, sont dans un état de conservation tel, que leur durée ne pourrait être mise en doute : des banchages de ciment remarquablement « jeune », ou la réalisation de prestigieuses voûtes de portée
et de flèche impressionnantes.

 
 


Chambres d’hôtes de charme
Table d’hôtes - Gîte en Bourgogne